marche_sport_tres_complet

source image

Ne croyez pas qu'activité physique soit synonyme de sport de compétition ! En fait, elle correspond à tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles et entraînant une augmentation des dépenses d'énergie par rapport à la dépense de repos. En conséquence elle ne se limite pas au sport, mais recouvre également les déplacements de la vie quotidienne, et notamment la marche à pied.

Sport complet par excellence, la marche influe en premier lieu sur l'une des fonctions les plus importantes de l'homme : la respiration. Quand on marche dans le bon tempo, on doit être capable de parler et on ne doit pas être essoufflée. Par une accélération de la fréquence respiratoire de 20 à 30%, la marche augmente le volume d'air inspiré, de même que la quantité d'oxygène. D'où cette sensation de revivre commune à bon nombre de marcheurs. En particulier chez les randonneurs en forêt, où l'oxygène n'est pas rare. Les arbres en produisent chacun environ 7 kg par jour. Plus qu'il n'en faut à l'homme dont les besoins tournent seulement autour de 0,5 kg. De plus cet oxygène qui naît au sortir de la feuille est anionisé. C'est-à-dire accompagné d'ions négatifs. Ces derniers comportent trois particularités : favoriser la dilatation des vaisseaux,améliorer l'oxygénation des tissus et lutter contre le stress.

La marche constitue une activité d'endurance, très bénéfique sur le plan cardio-vasculaire, et favorise également la circulation générale du sang. Pour celles dont les jambes lourdes sont un souci quotidien, le remède est efficace et naturel. On sait qu'il y a une correspondance entre les zones des pieds et les organes du corps. L'homme marche sur une éponge, en quelque sorte, son dessous de pied est tellement vascularisé qu'à chaque pas, il réamorce la pompe et assure un meilleur retour veineux. La marche équivaut donc à un massage doux et continu, tout aussi bénéfique que les soins prodigués par certains spécialistes. La médecine lui reconnaît également des vertus digestives, une action bénéfique sur la souplesse articulaire, de même que celle du bassin.

Enfin, la marche c'est aussi bon pour les neurones.  Parce qu'elle améliore l'irrigation du cerveau, grand consommateur d'oxygène, la marche, c'est bon pour les idées ! Sans oublier qu'elle rend de bonne humeur et calme les nerfs, grâce à la production d'endorphines.

La marche est conseillée dans tous les cas, à raison d’une demi- heure tous les jours.

Ceci permettra non seulement d’entretenir une bonne condition physique, mais d’éviter un gain de poids. La marche peut même, dans de bonnes conditions de pratique, permettre de perdre du poids.

Marcher est bon pour la santé, même lorsque les articulations sont atteintes par des phénomènes arthrosiques. Bien entendu, lors de crises de poussées aiguës, il est recommandé de mettre les articulations au repos et de solliciter au minimum ses genoux. Peut-être est il possible dans ces cas particuliers de marcher avec
le port de genouillères adaptées.

En tout état de cause dans ces cas là, il est nécessaire de demander l’avis de son médecin et d’éviter les marches sur des terrains accidentés ; les marches en descente sont largement déconseillées.

Il en est de même pour les articulations de la hanche, voire des pieds.
Le principe même de la prudence impose de ne pas forcer, de ne pas réveiller une douleur, mais de s’astreindre à marcher régulièrement le plus souvent possible.

Il est plus facile, si votre emploi du temps le permet, de marcher tous les jours une demi-heure, que de faire une heure de marche trois fois par semaine.

Ne pas forcer, c’est :

· marcher à son rythme
· ne pas prendre de chemins difficiles
· s’organiser à marcher dans des endroits agréables


Faire des courses, piétiner dans un magasin ne rentre pas dans ce cadre précis.

Se rendre au travail, aller faire ses courses à pied permet de marcher
si l’on fait l’effort de garer sa voiture un peu plus loin que d’habitude
ou de descendre du métro ou du bus une station avant la destination.

Après avoir pris l’habitude de marcher à votre rythme, vous pourrez progressivement essayer de marcher d’un bon pas avec une marche suffisamment rapide pour que votre système d’adaptation cardio-respiratoire soit encore plus sollicité. Vous ferez alors un travail d’endurance sans vous en rendre compte.

Il est recommandé de porter de bonnes chaussures avec des semelles adaptées à la forme de vos pieds. Les diabétiques qui doivent surveiller particulièrement leurs pieds doivent également consulter régulièrement un podologue et porter des semelles orthostatiques de correction.

Vous devez également choisir vos chaussettes afin de limiter la transpiration, la macération qui conduisent à l’apparition de mycoses avec éventuellement également ampoules ou cors aux pieds.
Retenez bien que le choix de la chaussure joue un grand rôle dans la prévention des chocs et limite bien entendu les douleurs ainsi que l’apparition de l’arthrose.

Si vous marchez spécifiquement pour le plaisir, n’oubliez pas de vous équiper en pantalon de détente, avec des vêtements suffisamment amples pour ne pas être gêné.

Si vous vous rendez au travail ou allez faire vos courses, veillez à porter des chaussures de ville suffisamment confortables pour ne pas être gêné pendant la marche. Les hauts talons sont bien sûr à éviter.

L’échauffement est important

Tout sportif connaît bien la nécessité de s’échauffer. Vous devez vous-même employer les mêmes recettes. Démarrez votre marche tranquillement à votre rythme, sans forcer, et augmentez la vitesse du pas petit à petit.

En cas de douleur, de fatigue, de palpitations ou de survenue de douleurs anormales, arrêtez vous, reposez vous et si cela se prolongeait, consultez un médecin ou parlez en à votre médecin lors d’une consultation.

En suivant tous nos conseils, la marche deviendra quelque chose de naturel. Vous y prendrez goût, et progressivement vous pourrez augmenter vos distances.

Entraînez vos amis ou votre famille avec vous dans vos marches, rejoignez éventuellement des sections spécialisées dans les randonnées nature.

......................................................................................................................

source  ici et  >>Patrick Bacquaert est Médecin-Chef pour l'IRBMS (Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport de la Région Nord-Pas-De-Calais). www.irbms.com

La marche constitue une activité d'endurance, très bénéfique sur le plan cardio-vasculaire, et

favorise é

galement la circulation générale du sang. Pour celles dont les jambes lourdes sont un souci quotidien, le remède est efficace et naturel. On sait qu'il y a une correspondance entre les zones des pieds et les organes du corps. L'homme marche sur une éponge, en quelque sorte, son dessous de pied est tellement vascularisé qu'à chaque pas, il réamorce la pompe et assure un meilleur retour veineux. La marche équivaut donc à un massage doux et continu, tout aussi bénéfique que les soins prodigués par certains spécialistes. La médecine lui reconnaît également des vertus digestives, une action bénéfique sur la souplesse articulaire, de même que celle du bassin.

Sport complet par excellence, la marche influe en premier lieu sur l'une des fonctions les plus importantes de l'homme : la respiration. Quand on marche dans le bon tempo, on doit être capable de parler et on ne doit pas être essoufflée. Par une accélération de la fréquence respiratoire de 20 à 30%, la marche augmente le volume d'air inspiré, de même que la quantité d'oxygène. D'où cette sensation de revivre commune à bon nombre de marcheurs. En particulier chez les randonneurs en forêt, où l'oxygène n'est pas rare. Les arbres en produisent chacun environ 7 kg par jour. Plus qu'il n'en faut à l'homme dont les besoins tournent seulement autour de 0,5 kg. De plus cet oxygène qui naît au sortir de la feuille est anionisé. C'est-à-dire accompagné d'ions négatifs. Ces derniers comportent trois particularités : favoriser la dilatation des vaisseaux,améliorer l'oxygénation des tissus et lutter contre le stress.